Très souvent, les projets de centralisation des appels téléphoniques omettent la problématique de la gestion des appels d’urgence. Une erreur qui peut avoir de fâcheuses conséquences. Imaginez que vos appels sont centralisés vers un site basé dans la ville A. Les communications téléphoniques seront toutes effectuées depuis A. Un site distant intégré au réseau VPN-IP basé dans la ville B souhaite joindre un service d’urgence, par exemple les pompiers. Le n°18 est composé à partir de B, la signalisation SIP transite jusqu’à A où le PBX compose le 18. L’appel est traduit par l’opérateur dans un numéro géographique local qui aboutira à la caserne correspondante à A même si la demande émane d’une autre ville. Ceci pose un problème de responsabilité en cas d’accident et de besoin d’intervention de secours.

Ce que dit l’ARCEP :

Dans le cadre de la téléphonie d’entreprise, le régulateur demande à ce que les numéros restent dans leur ZNE, zone élémentaire de numérotation. A chaque ZNE correspond les 6 premiers chiffres d’un numéro géographique. Selon les textes, il n’est donc pas autorisé de porter un numéro dans une autre ZNE. (A chaque ZNE est attribuée une plage de numéros géographiques correspondant aux services d’urgence).

En pratique la portabilité sur une autre ZNE est tolérée :

Si l’usage du numéro est restreint à la réception d’appel. Si dans le cadre d’une centralisation de sa téléphonie, les utilisateurs des numéros portés restent géographiquement sur la ZNE. (Les numéros du site distant B sont portés sur l’accès téléphonique de la ville A mais les appels entrants sont bien acheminés par le VPN du client sur le site initial B). Pour ce dernier cas, se pose ensuite la problématique d’acheminement des numéros d’urgence. L’opérateur n’a qu’un devoir d’information et c’est le client qui à la charge de mettre en oeuvre une solution palliative qui rappelons le n’est pas prévue dans les textes. Officieusement, le régulateur tolère toutes les installations qui permettent d’une manière ou d’une autre de joindre les services d’urgence, par exemple : Installer un téléphone rouge dans l’entreprise. Accès limité Réaliser un routage numéro par numéro sur le PBX central. Fastidieux et nécessite un suivi rigoureux. Choisir un opérateur qui intègre une passerelle TOIP/TDM au sein de son réseau. .Les textes : 1. Qu’est-ce qu’un numéro géographique fixe ? (Mise à jour le 27 mai 2005) Les numéros géographiques fixes sont les numéros qui commencent par 01, 02, 03, 04 ou 05. 2. Qu’est-ce que la portabilité des numéros géographiques fixes ? (Mise à jour le 27 mai 2005) La portabilité pour les numéros géographiques fixes est disponible depuis le 1 er janvier 1998. C’est la possibilité, pour un client d’un opérateur fixe, de conserver son numéro s’il change d’opérateur fixe. Contrairement aux apparences, parfois trompeuses, cette portabilité ne concerne pas les changements d’implantation géographique, c’est à dire les déménagements. 3. Peut-on déménager et conserver quand même son numéro ? (Mise à jour le 27 mai 2005) Il faut retenir qu’en principe, il n’est pas possible de déménager et de conserver son numéro. Toutefois, si le déménagement s’effectue au sein de la même Zone Elémentaire de Numérotation (ZNE), le numéro peut être porté. L’opérateur chez qui vous souhaitez vous abonner est en mesure de vous dire si la portabilité peut être proposée à votre nouvelle adresse. 4. Et si je déménage tout en restant chez le même opérateur ? (Mise à jour le 27 mai 2005) Il ne s’agit plus alors de portabilité au sens de la réglementation, mais de services librement mis en place par les opérateurs fixes, au sein de leurs réseaux. Des expérimentations ont lieu actuellement dans ce domaine. 5. Comment demander la portabilité de mon numéro fixe ? (Mise à jour le 27 mai 2005) C’est le nouvel opérateur de boucle locale qui peut proposer la portabilité, et qui s’occupera des démarches à accomplir pour faire porter le numéro. 6. Pourquoi la portabilité des numéros est-elle encadrée par la réglementation ? (Mise à jour le 27 mai 2005) La portabilité des numéros constitue l’un des dispositifs techniques de l’ouverture à la concurrence sur la boucle locale car le fait de changer de numéro pour changer d’opérateur peut constituer un frein important pour les consommateurs. 7. ZNE – ZABPQ. (Un extrait de la décision ARCEP 05-1085 du 15 décembre 2005) Les numéros géographiques sont utilisés pour la fourniture d’un service de communications interpersonnelles incluant le service téléphonique au public, en respect de la règle d’implantation géographique suivante : Les numéros géographiques affectés aux clients comportant le même ZABPQ doivent être implantés dans la ZNE associée au bloc ZABPQ dans la décision d’attribution.

La gestion des numéros d’urgences :

Quelques opérateurs proposent des services qui prennent en charge l’acheminement des numéros d’urgences en fonction du numéro quelque soit l’emplacement de l’émission d’un appel. Il s’agit d’un service de passerelle TOIP. Ce service va être progressivement généralisé avant d’être imposé.

Les commentaires sont fermés.

Fil RSS des commentaires de cet article